Dossier – Missions, Powers and Arabization

Volume 32 (2019): Issue 3-4 (Nov 2019): Special Issue: Missions, Powers and Arabization

Philippe Bourmaud (éd.) et Karène Sanchez Summerer (éd.)

in Social Sciences and Missions

  • Table of Contents (pour plus de détails, cliquez ici)

Dossier – Chrétiens du monde arabe. Vers une pluralité des sources et des approches

 © S. Gabry-Thienpont, cimetière chrétien d’Al-Ba’îrât, Haute-Égypte, 2018.

Audrey Dridi-Basilio (éd.) et Séverine Gabry-Thienpont (éd.)

Les recherches présentées dans ce dossier, par leur diversité et leurs ambitions, visent à fournir de nouvelles pistes de réflexion sur l’histoire du fait religieux. L’histoire des groupes dits minoritaires en Orient musulman doit être contextualisée en interaction avec leur environnement et à travers les contacts qu’elle suppose. Dans la lignée des travaux récemment publiés sur la question des chrétiens du monde arabo-musulman, ce numéro des Annales Islamologiques montre la légitimité pleine et entière de l’étude des christianismes par les sciences sociales, et témoigne du champ des possibles qui reste à exploiter.

Quatre articles de varia viennent compléter le dossier. Les deux premiers poursuivent un questionnement d’histoire religieuse sur la figure des minoritaires. L’un en s’interrogeant sur la postérité mémorielle du premier juif converti à l’islam; l’autre en analysant une occurrence de discours normatif à l’encontre des dhimmis. Les deux derniers articles, touchant à la diplomatique médiévale et à la linguistique arabe, ouvrent grand l’éventail des recherches en philologie qui font partie des traditions de la revue.

Nouvel ouvrage – Christian Missions and Humanitarianism in The Middle East, 1850-1950

Series: Leiden Studies in Islam and Society, Volume: 11

Rédacteurs en chef : Inger Marie Okkenhaug and Karène Sanchez Summerer

From the early phases of modern missions, Christian missionaries supported many humanitarian activities, mostly framed as subservient to the preaching of Christianity. This anthology contributes to a historically grounded understanding of the complex relationship between Christian missions and the roots of humanitarianism and its contemporary uses in a Middle Eastern context. Contributions focus on ideologies, rhetoric, and practices of missionaries and their apostolates towards humanitarianism, from the mid-19th century Middle East crises, examining different missionaries, their society’s worldview and their networks in various areas of the Middle East. In the early 20th century Christian missions increasingly paid more attention to organisation and bureaucratisation (‘rationalisation’), and media became more important to their work. The volume analyses how non-missionaries took over, to a certain extent, the aims and organisations of the missionaries as to humanitarianism. It seeks to discover and retrace such ‘entangled histories’ for the first time in an integral perspective. 

Table of contents

Introduction
Inger Marie Okkenhaug and Karène Sanchez-Summerer

Part 1 Prologue

Missions, Charity and Humanitarian Action in the Levant (19th–20th Century)
Chantal Verdeil

Part 2 Advocacy

Liberated Bodies and Saved Souls: Freed African Slave Girls and Missionaries in Egypt
Beth Baron

Physical Expressions of Winning Hearts and Minds: Body Politics of the American Missionaries in “Asiatic Turkey”
Nazan Maksudyan

Spiritual Reformation and Engagement with the World: Scandinavian Mission, Humanitarianism and Armenians in the Ottoman Empire, 1905–1914
Inger Marie Okkenhaug

‘A Strange Survival’: The Rev. W.A. Wigram on the Assyrians before and after World War I
Heleen Murre-van den Berg

Part 3 Best Practices

Missionary Hubris in Colonial Algeria? Founding and Governing Christian Arab Villages 1868–1930
Bertrand Taithe

Missionary Work, Secularization and Donor Dependency: Rockefeller-Near East Colleges Cooperation after World War I(1920–1939)
Philippe Bourmaud

“Machine Age Humanitarianism”: American Humanitarianism in Early 20th Century Syria and Lebanon
Idir Ouahes

Scottish Presbyterian Churches and Humanitarianism in the Interwar Middle East
Michael Marten

Part 4 Epilogue: Impact of the 1948 Crisis

10 Confined by Conflict, Run by Relief: Arabs, Jews, and the Finnish Mission in Jerusalem, 1940–1950
Seija Jalagin

11 Catholic Humanitarian Assistance for Palestinian Refugees: The Franciscan Casa Nova of Jerusalem in the 1948 Storm
Maria Chiara Rioli

Index

Colloque – Missions et prédications : Comparer et décloisonner l’étude du phénomène missionnaire. Moyen-Orient – Afrique du Nord (XIXe-XXIe siècle)

English version follows

 1er et 2 octobre 2020

École française de Rome

Le terme « mission » renvoie à l’exportation par un individu, une institution ou un groupe de religieux d’un ensemble de dogmes ou de croyances vers un territoire ou milieu social étranger. La mission en tant qu’action entend donc réformer, convertir ou unir autour d’elle des groupes sociaux de territoires de « l’intérieur » ou éloignés, selon les périodes et les acteurs concernés. Les sciences humaines et sociales, en particulier l’histoire puis l’anthropologie, l’ont envisagé principalement comme un phénomène chrétien : catholique d’abord (à partir du XVIe siècle), puis protestant et orthodoxe (à partir du XXesiècle). Ces travaux ont notamment souligné le rôle politique et diplomatique des missions chrétiennes au Moyen-Orient, relais des puissances impérialistes européennes (Murre-Van den Berg 2006; Porter 2004).

Depuis une dizaine d’années, un renouveau scientifique souligne l’impact social de la présence missionnaire sur les communautés aussi bien chrétiennes que musulmanes et les sociétés moyen-orientales dans leur ensemble (Hauser, 2015; Makdisi, 2007; Sanchez-Summerer, 2009; Sharkey 2009; Friedrich Kaminsky Löffler 2010 ; Verdeil 2011). En s’efforçant d’inclure dans l’analyse toutes les forces en présence (missionnaires et missionnés) et de rendre compte de leur agentivité (agency), ces études interprètent l’espace missionnaire comme un lieu de négociation et de coproduction de la rencontre coloniale. En parallèle, l’histoire, l’anthropologie et la sociologie s’intéressent aux phénomènes prosélytes et aux conversions en différents contextes (Garcià-Arenal, 2001), notamment protestants et évangéliques (Kaouès et Laakili, 2019). Ces recherches interrogent le modèle missionnaire et sa diversité, ses modes de présence et son rapport à l’altérité.

Récemment, parallèles et comparaisons sont proposées entre les stratégies missionnaires chrétiennes et leurs équivalents musulmans (da‘wa). C’est notamment le cas des travaux portant sur le fait missionnaire ottoman à la fin du XIXe siècle (Rogan, 1998; Deringil, 1998; Alkan, 2019). Ce colloque pluridisciplinaire, dans une perspective connectée, s’intéresse à l’ensemble des confessions qui, à l’époque contemporaine, pratiquent ou ont pratiqué la prédication et le prosélytisme religieux sous la forme particulière de la mission. On se demandera si, dans des Églises dont les pratiques ont été moins étudiées, mais aussi en islam sunnite et chiite, les problématiques développées par les études missionnaires conservent une valeur heuristique. En incluant le judaïsme dans l’analyse, l’objectif est d’aller au-delà de la comparaison islam-christianisme et de dépasser l’opposition binaire entre religions dites “missionnaires” et “non-missionnaires” (Boespflug, 2006) ou réputées plus ou moins conquérantes.

La réflexion portera sur les pratiques de prédication et de prosélytisme au Moyen-Orient et au Maghreb, mais aussi sur les discours théoriques, méthodologiques et/ou normatifs développés par les acteurs à ce sujet. Ce colloque permettra de faire dialoguer plusieurs approches – historiques, anthropologiques et sociales- du religieux. Sans volonté d’exhaustivité, notre réflexion pourrait s’articuler autour des trois axes suivants : 

1- La mission : géographie de la prédication et espaces du prosélytisme

Cet axe vise à interroger les buts du phénomène missionnaire, ainsi que la notion de conversion en tant que telle. Dans des contextes de réprobation sociale de la prédication, du prosélytisme ou en vertu d’une éthique du désintéressement, peut-on trouver des missions dont, paradoxalement, la finalité ne serait pas la conversion des infidèles ? Quelles formes de prédication sont alors pratiquées ? La tension entre volonté de conversion ou de réforme des pratiques religieuses au sein d’une même confession sera ici interrogée. On se demandera dans ce contexte si la notion de “mission intérieure”, employée pour se référer aux efforts de rechristianisation de la société européenne à partir du XIXe siècle, peut être mise en parallèle avec les tentatives de réforme au sein d’autres confessions.

 Les populations ciblées par les entreprises missionnaires méritent aussi d’être considérées, afin d’identifier les espaces du prosélytisme ainsi que les pratiques d’inclusion et d’exclusion propres à la prédication. Au Proche-Orient et au Maghreb, à qui s’adresse la mission ? Quelles sont les frontières des groupes confessionnels perçues par les missionnaires et que ces derniers entendent faire évoluer ? Quelles sont les stratégies de conversion ou de réforme ? Privilégient-t-elles la contrainte, la prédication ou l’exemple – le « témoignage » sous la forme sécularisée du travail caritatif ? Quels sont les effets induits par ces différentes stratégies ? L’approche comparative offrira une occasion d’inventorier le contenu des pratiques de prosélytisme des différentes religions. 

Le fait missionnaire implique une manière spécifique d’habiter le monde et de se le représenter. Aussi  la topographie et la géographie missionnaire se situeront-elles au cœur de nos analyses. En effet, explicitement ou implicitement, les missionnaires mettent en place une cartographie religieuse qui, du centre à la périphérie, hiérarchise des espaces différenciés : lieux centraux de la foi, centres religieux et/ou politiques ; terres de mission anciennes ou plus récentes, etc. En fonction de leurs priorités, les missionnaires considèrent et organisent différemment ces espaces. Ils peuvent choisir de porter leurs efforts sur des terres de mission nouvelles, où ils entreront en concurrence avec d’autres confessions. Mais ils peuvent aussi privilégier les espaces où leur foi, autrefois bien implantée, doit être refondée ou réformée. L’analyse comparative entre missions chrétiennes, juives et musulmanes permettra d’enrichir les lectures de ces géographies des espaces de la prédication et du prosélytisme.  

2 –  Quotidienneté et matérialité de la mission

Dans un cadre comparatif, on s’intéressera aux aspects concrets et à la dimension quotidienne des entreprises de prédication au Moyen-Orient et au Maghreb. Il convient de se pencher sur les acteurs, l’identité des missionnaires, leurs trajectoires et éventuellement leur formation. Point aveugle des recherches sur les missions, les “auxiliaires” (intermédiaires locaux qui entrent au service des missions) sont pourtant des acteurs essentiels des entreprises missionnaires. Les méthodes d’implantation méritent également d’être examinées. Comment un groupe de clercs étrangers, porteur d’autres représentations et d’autres pratiques cultuelles, procède-t-il pour s’installer en terre de mission ? Quelles sont les difficultés ou les opportunités matérielles qu’il rencontre, et qu’en fait-il ? Administrativement, quels sont les accommodements trouvés avec les autorités politiques et religieuses locales ? 

Cet axe invite à interroger les formes et les instruments des missions. Celles-ci s’expriment différemment selon les époques, les espaces, les populations ciblées et les objectifs qu’elles se fixent. La dimension genrée de la mission doit aussi être prise en compte. L’attention portée à la femme suscite par exemple des modes d’action spécifiques ainsi qu’un partage sexué du travail missionnaire. Quels sont donc les médias utilisés au quotidien (arts, sciences, éducation, médecine, humanitaire), et quelles sont les formes-mêmes de la mission (ordres, associations, ONG confessionnelles, etc.) ? Dans le cas d’ONG et de réseaux associatifs, comments s’articulent objectifs missionnaires et objectifs développementalistes ? De quelle manière la question du genre s’inscrit-elle dans cette matérialité de la mission (ordre strictement masculin, envoi de femmes, etc.) ? 

Se pose également la question des langues utilisées au sein de la mission. Le groupe missionnaire renforce son identité en terre de mission par la pratique d’une langue venue d’ailleurs, tout en acquérant, bon an mal an, les langues locales. L’apprentissage de ces langues a-t-il pour finalité la prédication, voire le prosélytisme, ou tient-elle aux attentes sociales locales ou à un objectif de production du savoir ? Dans d’autres cas, des politiques missionnaires melkites au Moyen-Orient dans les années 1930 à l’installation de prédicateurs wahhabites, à l’initiative des pays de la péninsule, ce sont parfois des membres des communautés locales ou des arabophones qui, mandatés par une institution étrangère, œuvrent à constituer une communauté symbolique. Dans ce contexte, observe-t-on des différences dans les modalités d’organisation de la mission ? Enfin, comment les contraintes matérielles agissent-elles sur les représentations et sur les idéaux des missionnaires ? Dans les différentes confessions observées, trouve-t-on des cas de « choc en retour », le groupe de prédicateurs ou prosélyte se trouvant lui-même profondément influencé par sa terre de mission ?

3 – Missions, puissances politiques et diplomatie culturelle

Le fait missionnaire est communément associé, on l’a dit, à la domination culturelle et aux entreprises coloniales. Au Proche-Orient et au Maghreb, missionnaires protestants et catholiques furent les fers de lance de l’impérialisme et du colonialismeeuropéen. Il convient cependant de constater l’impossibilité d’observer la mission en dehors de son imprégnation sociale profonde sur les territoires concernés et au-delà des groupes confessionnaux concernés. Il faut également souligner qu’à partir du second XXe siècle, le phénomène missionnaire dépasse la dynamique “nord-sud” et que beaucoup de missions se développent selon des axes “sud-sud”, voire “sud-nord”. 

Au Maghreb, au Proche-Orient et jusqu’en Occident, l’expansion d’un islam d’inspiration wahhabite est souvent corrélée à l’afflux des pétrodollars et au soutien saoudien au développement d’infrastructures religieuses ou scolaires. Tout au long du XXe siècle, le développement de courants liés à l’islam politique, dont notamment les Frères musulmans, ont accompagné une réforme profonde des pratiques religieuses et sociales dans les mondes musulmans. Cellules de fidèles, journaux, réseaux internationaux, quels sont les ressorts des vecteurs de cette réformes et comment peut-elle être qualifiée. Plus récemment, l’émergence de l’Iran comme puissance régionale pose la question de la diffusion du chiisme au Proche-Orient, et de l’existence de stratégies de prosélytisme à cet effet. La question de la prédication se pose encore différemment pour les mondes juifs bien qu’aujourd’hui les mouvements réformateurs se fassent très vivaces en Israël par exemple (Anteby, 2019). Par ailleurs, en creux des débats sur la prédication, les Etats et les institutions religieuses ont développé depuis le concile Vatican II et la remise en cause du phénomène missionnaire des entreprises de rapprochement inter et intra-religieux (Dussert-Galinat, 2013; Maréchal et Zemni, 2013) dont il faudra interroger la vocation de contre-modèle.Ainsi, puissances économiques et politiques sont-elles les véhicules indispensables de l’influence religieuse ? Existe-il d’autres vecteurs d’influence ? Quel est le poids des entités déterritorialisés et des Églises diasporiques (l’Eglise copte-orthodoxe par exemple) dans le renouveau des pratiques missionnaires? Les missionnaires venus du Sud amènent-ils des manières nouvelles ou différentes de penser et de faire ? Il convient d’interroger la manière dont les vocations locales structurent ces stratégies de prédication et leur mise en oeuvre. Enfin, on se demandera si elles ont des objectifs différents en termes de production et communication des savoirs sur les régions.

Calendrier

Le colloque se déroulera les 1er et 2 octobre 2020 à l’Ecole française de Rome. 

Les résumés des présentations (300 mots)  et courtes biographies (250 mots) sont attendus pour le 22 mai 2020.

Les premières versions des articles sont attendues pour le 12 septembre 2020 (entre 3000 et 5000 mots, mentionnant notamment: approche, questions, sources, perspectives de recherche, bibliographie).

Les résumés et premières versions des articles sont à envoyer à l’adresse suivante: missmoconference@gmail.com

Cet événement scientifique donnera lieu à un ouvrage collectif en Open Access (Brill). 

Prise en charge des frais de transport (plafonnés) et d’hébergement (pour la durée du colloque uniquement). 

Les langues du colloque sont l’anglais et le français.

Coordinatrices du colloque : Norig Neveu (neveu@mmsh.univ-aix.fr), Karène Summerer-Sanchez (k.summerersanchez@me.com), Annalaura Turiano (annalauraturiano@gmail.com)

English version:

Missions and Preaching: Comparing and de-compartmentalizing the study of the missionary phenomenon. Middle East – North Africa (19th-20th centuries)

The term ‘mission’ refers to the export of an ensemble of dogmas and beliefs to a foreign territory or social milieu by an individual, an institution or a religious order. The mission, as action, aims to reform, convert or unite around itself social groups from ‘within’ or afar, according to the period and the agents concerned. The humanities and social sciences, especially history and anthropology, have mainly considered it as a Christian phenomenon: Catholic first of all (from the sixteenth century), then Protestant and Orthodox (from the twentieth century). The studies have notably emphasized the political and diplomatic role played by the Christian missions in the East, as relays for the European imperial powers (Murre-Van den Berg 2006; Porter 2004). 

 In the last ten years, a scientific renewal has emphasized the social impact of the missionary presence on communities, both Christian and Muslim, and on Middle-Eastern societies as a whole. (Hauser, 2015; Makdisi, 2007; Sanchez-Summerer, 2009; Sharkey 2009; Friedrich Kaminsky Löffler 2010; Verdeil 2011). In trying to include all the forces present (missionaries and ‘missioned’) in the analysis and to account for their agency, these studies interpret the missionary space as a place of negotiation and coproduction of the colonial encounter. At the same time, history, anthropology and sociology have been concerned with proselytizing phenomena and conversions in different contexts (Garcià-Arenal, 2001), especially Protestants and Evangelicals (Kaouès et Laakili, 2019). These studies question the missionary model and its diversity, its different modes of being present and its attitude to otherness. 

More recently, parallels and comparisons have been suggested between Christian missionary strategies and their Muslim equivalent (da‘wa). This is notably true of the research on the Ottoman missionaries at the end of the nineteenth century (Rogan, 1998; Deringil, 1998; Alkan, 2019). This multi-disciplinary conference, with a connected viewpoint, considers all the denominations which today practice or have practiced preaching and religious proselytizing in the particular form of the mission. We will question whether, in the Churches whose practices have been researched less, but also in Sunni and Shia Islam, the issues developed by missionary studies still have a heuristic value. By including Judaism in the analysis, the aim is to go beyond the Islam-Christian comparison and to go beyond the binary opposition between religions said to be « missionary » and « non-missionary » (Boespflug, 2006) or reputed to be more or less domineering. 

The reflexion will be focused on the practices of preaching and proselytizing in the Middle East and the Maghreb, but also on the theoretical, methodological and/or normative discourse on the subject, developed by those involved. The conference will enable different approaches to the phenomenon of religion – historical, anthropological and social – to talk together. Without being exhaustive, our reflexion could be articulated around the following three areas: 

1- The mission: the geography of preaching and the spaces for proselytizing

The first area questions the aims of the missionary phenomenon, as well as the notion of conversion as such. In a context of the social censure of preaching, of proselytizing, or in accordance with an ethic of disinterestedness, is it possible to find missions that, paradoxically, do not have the conversion of the ‘infidel’ as their primary aim. Which forms of preaching are practiced in this case? The tension between the will to convert or the reform of religious practices within a same denomination will be examined here. In this context we will question whether the notion of ‘internal mission’, used to describe the efforts to re-Christianize European society from the nineteenth century onwards, can be seen in parallel with attempts at reform within other denominations. 

 The populations targeted by the missionary enterprises deserve to be considered too, in order to identify the spaces for proselytizing as well as practices of inclusion and exclusion particular to preaching. Who is the mission addressing in the Near East and in the Maghreb? What are the frontiers between denominational groups as seen by the missionaries and that the latter intended to help evolve? What are the strategies for conversion or reform? Do they favour force, preaching or example – ‘testimony’ in the secularised form of charity work? What are the effects induced by these different strategies? A comparative approach will offer an opportunity to make an inventory of the content of the proselytizing practices of different religions. 

The mission implies a specific manner of living in, and seeing, the world. Thus missionary topography and geography will be at the heart of our analyses. Indeed, explicitly or implicitly, missionaries establish a religious cartography which, from the centre to the periphery, gives a hierarchy to various spaces: places central for the faith, religious and/or political centres; ancient or more recent mission lands, etc. According to their priorities, the missionaries consider and organize these spaces differently. They can choose to concentrate their efforts on new mission lands, where they will be in competition with other denominations. But they can also favour spaces where their faith, established in the past, needs to be re-founded or reformed. A comparative analysis between Christian, Jewish and Muslim missions will enrich the interpretations of this geography of the spaces of preaching and proselytizing.

2 – The everyday life and materiality of the mission 

In a comparative framework, we will focus on the concrete aspects and the everyday dimension of the preaching enterprises in the Middle East and in the Maghreb. We will consider the actors, the identity of the missionaries, their career paths and possibly their education. A blind spot in the research on the missions, the ‘auxiliaries’ (local intermediaries who serve the missions), are however essential actors in missionary enterprises. The ways the latter are established also merit attention. How can a group of foreign clerics, bearers of other representations and other cultural practices, proceed to settle in a mission land? What are the difficulties or material opportunities they meet and what do they do about them? From an administrative point of view, what are the arrangements they find with the local political and religious authorities? 

This second pole encourages us to question the forms and instruments of the missions. The latter express themselves differently according to the period, the target populations and the aims they have fixed. The gendered dimension of the mission must also be considered. For example, the attention to women raises specific modes of action as well as a sexual dimension in missionary work. Which media are used daily (arts, sciences, education, medicine, humanitarian action), and what are the forms of the mission (orders, associations, denominational NGOs, etc.)? In the case of NGOs and associative networks, how are missionary aims and developmental aims articulated? How does the question of gender fit into the materiality of the mission (strictly male orders, sending out of women, etc.)?

Another question is that of the languages used in the mission. The missionary group reinforces its identity in mission lands by the practice of a language from elsewhere, while at the same time more or less acquiring the local languages. Was the learning of these languages done for preaching, even proselytizing, or was it to do with local expectations or with the aim of producing knowledge? In other cases, from the Melkite missionaries in the Middle East in the 1930s to the settling of Wahhabi missionaries, following the initiative of the peninsula countries, it was sometimes members of the local communities or Arabic speakers who, with a mandate from a foreign institution, worked to build a symbolic community. In this context can we observe differences in the way the missions are organized? Finally, how do material constraints act on the representations and ideals of the missionaries? In the different denominations observed, do we come across cases of ‘return shock’, the group of preachers or the proselyte finding themselves profoundly influenced by the land of their mission? 

3 – Missions, political power and cultural diplomacy 

The notion of mission is commonly associated, as mentioned earlier, with cultural domination and colonial enterprise. In the Near East and in the Maghreb, Protestant and Catholic missionaries were the spearheads of European imperialism and colonialism. We must however record the fact that it is impossible to observe the mission outside its deep social impregnation of the territories concerned and beyond the denominational groups concerned. We must also emphasize the fact that from the second half of the twentieth century, the missionary phenomenon went beyond the North-South dynamic and that many missions developed along a South-South line and even South-North. 

In the Maghreb, in the Near East, and as far as the Western world, the expansion of a Wahhabi-inspired Islam is often correlated with the arrival of petro-dollars and Saudi-Arabian support for the development of religious and educational infrastructures. Throughout the twentieth century, the development of tendencies linked to political Islam, notably the Muslim Brotherhood, accompanied a profound reform of religious and social practices in the Muslim world. Groups of faithful, newspapers, international networks, what are the motivating vectors of this reform and how can they be qualified? More recently, the emergence of Iran as a regional power poses the question of Shiism in the Near East, and of the existence of proselytizing strategies to this end. The question of preaching can be posed still differently for the Jewish world, although today reformist movements are very much alive in Israel for example (Anteby, 2019). Moreover, underlying the debates on preaching, States and the religious institutions have, since Vatican II and the questioning of the missionary phenomenon, developed enterprises of inter and intra-religious rapprochement (Dussert-Galinat, 2013; Maréchal et Zemni, 2013) whose vocation as counter-model needs to be examined. Thus, are political and economic powers the indispensable vehicles of religious influence? What is the weight of de-territorialized entities and diasporic Churches (the Orthodox Copt Church for example) in the renewal of missionary practices? Do the missionaries from the South bring new or different ways of thinking and acting? It is important to examine the way local vocations structure these strategies of preaching and their implementation. Lastly, we will question their different aims in terms of production and communication of knowledge in the regions.

Calendar

The conference will take place on 1st et 2nd October 2020 at the École française de Rome. 

The abstracts of the presentations (300 words maximum) and a mini biography of 250 words are to be sent by 22 May 2020

The first versions of the articles are to be sent by 12 September 2020 (between 3000 and 5000 words, mentioning specifically: approach, questions, sources, research perspective, bibliography).

The abstract and first versions of the articles are to be sent to the following address: missmoconference@gmail.com

Articles (submitted to peer review) will be published in a collective book in Open Access (Brill). 

Travel expenses (within a certain limit) and accommodation will be covered (for the time of the conference only).

The languages of the conference are English and French.

Coordinators of the conference : Norig Neveu (neveu@mmsh.univ-aix.fr), Karène Summerer-Sanchez (K.Sanchez@hum.leidenuniv.nl), Annalaura Turiano (annalauraturiano@gmail.com)

École d’été – Le Caire, septembre 2019

Conférence de Chantal VERDEIL, Missions et missionnaires au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècle), nouvelles approches, IFAO, 8 septembre 2019
Pause déjeuner au CEDEJ
École des Carmélites de Saint Joseph, Shubra
Première séance de travail à l’IFAO, en groupes, au terme de la journée consacrée au quartier de Shubra
Chez les dominicains, avec le frère Adrien Candiard
Chez les jésuites, au Collège de la Sainte Famille
Séance de travail, IFAO
Au Moqattam
Chez les franciscains, avec le père Vincent Mistrih

Église latine de l’Assomption (Musky – Le Caire), Centre franciscain d’études chrétiennes orientales, 12 septembre 2019. Le père Vincent Mistrih fait sonner l’orgue de l’église, tandis que retentit en même temps l’appel à la prière. Écoute musicale

Retour des étudiants sur l’École d’été de 2019

Visite des archives franciscaines, Rome, juin 2019

Antoinette FERRAND – session romaine

Voici mon humble rapport quant à la session romaine. Il me semble devoir avant tout vous dire à nouveau toute ma reconnaissance pour la générosité de votre entreprise ainsi que pour la confiance que vous nous avez témoignée. J’ai été particulièrement touchée du sérieux avec lequel vous avez considéré nos travaux et questionnements ; et pareille sollicitude aide à s’impliquer plus avant dans une perspective universitaire. S’il fallait insister sur un point plus particulier, je soulignerais la qualité des interventions ainsi que la disponibilité des intervenants. J’avais eu l’occasion d’expérimenter un tant soit peu la richesse des échanges entre chercheurs mais ce fut, à Rome, un véritable privilège que de pouvoir proposer librement une lecture, confier ses doutes et demander un conseil. La forme des activités ainsi que la simplicité des rapports établis en sont, je crois, à l’origine. 

Deux aspects des thématiques évoquées m’ont plus spécifiquement interrogée : d’une part, l’épaisseur de la bureaucratie missionnaire et les rouages de son action, dont je peinais à mesurer l’ampleur et l’efficacité. Malgré le possible découragement devant la somme des procédures et institutions à maîtriser, il m’a semblé alors que garder en tête cette structure avec ses pesanteurs me permettrait peut-être d’aborder plus finement les entreprises missionnaires mais aussi les conflits politico-religieux au sein des communautés chrétiennes orientales ainsi que la méfiance des élites arabes – qui m’intéressent plus directement. C’est, en réalité, un visage de cet « Occident » problématique perçu en Orient, que je n’avais pas du tout mesuré et auquel je serai dorénavant plus attentive. Ainsi, en dépouillant les archives d’un journal nassérien cairote, je me suis aperçue de l’omniprésence du caractère menaçant de l’Occident en ce qu’il est considéré comme procédurier et religieusement marqué en son histoire et ses mœurs. Les clefs fournies par les analyses proposées à Rome m’ont donc permis de formuler quelques hypothèses d’interprétation qu’une simple histoire politique aurait rendues sèches. 

D’autre part, la matérialité de la vie missionnaire et la marge d’interprétation personnelle et donc de conflit ont aussi attiré mon attention ; en effet, bien que familière des méthodes de l’histoire sociale, je peine trop souvent à prendre conscience de la réalité d’un déplacement en terre étrangère avec son lot de difficultés et maladresses. Et la touche d’anthropologie contemporaine apportée à l’ensemble m’a convaincue de veiller à mêler les méthodes disciplinaires dans de futurs travaux.