Retour des étudiants sur l’École d’été de 2019

Visite des archives franciscaines, Rome, juin 2019

Antoinette FERRAND – session romaine

Voici mon humble rapport quant à la session romaine. Il me semble devoir avant tout vous dire à nouveau toute ma reconnaissance pour la générosité de votre entreprise ainsi que pour la confiance que vous nous avez témoignée. J’ai été particulièrement touchée du sérieux avec lequel vous avez considéré nos travaux et questionnements ; et pareille sollicitude aide à s’impliquer plus avant dans une perspective universitaire. S’il fallait insister sur un point plus particulier, je soulignerais la qualité des interventions ainsi que la disponibilité des intervenants. J’avais eu l’occasion d’expérimenter un tant soit peu la richesse des échanges entre chercheurs mais ce fut, à Rome, un véritable privilège que de pouvoir proposer librement une lecture, confier ses doutes et demander un conseil. La forme des activités ainsi que la simplicité des rapports établis en sont, je crois, à l’origine. 

Deux aspects des thématiques évoquées m’ont plus spécifiquement interrogée : d’une part, l’épaisseur de la bureaucratie missionnaire et les rouages de son action, dont je peinais à mesurer l’ampleur et l’efficacité. Malgré le possible découragement devant la somme des procédures et institutions à maîtriser, il m’a semblé alors que garder en tête cette structure avec ses pesanteurs me permettrait peut-être d’aborder plus finement les entreprises missionnaires mais aussi les conflits politico-religieux au sein des communautés chrétiennes orientales ainsi que la méfiance des élites arabes – qui m’intéressent plus directement. C’est, en réalité, un visage de cet « Occident » problématique perçu en Orient, que je n’avais pas du tout mesuré et auquel je serai dorénavant plus attentive. Ainsi, en dépouillant les archives d’un journal nassérien cairote, je me suis aperçue de l’omniprésence du caractère menaçant de l’Occident en ce qu’il est considéré comme procédurier et religieusement marqué en son histoire et ses mœurs. Les clefs fournies par les analyses proposées à Rome m’ont donc permis de formuler quelques hypothèses d’interprétation qu’une simple histoire politique aurait rendues sèches. 

D’autre part, la matérialité de la vie missionnaire et la marge d’interprétation personnelle et donc de conflit ont aussi attiré mon attention ; en effet, bien que familière des méthodes de l’histoire sociale, je peine trop souvent à prendre conscience de la réalité d’un déplacement en terre étrangère avec son lot de difficultés et maladresses. Et la touche d’anthropologie contemporaine apportée à l’ensemble m’a convaincue de veiller à mêler les méthodes disciplinaires dans de futurs travaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.