Announcement « Missionaries as experts: religious networks, knowledge of the field and public action in the Middle East (19th – 21 st century) »

Venue : Istanbul

Date : 26-27 October 2018

Format : Workshop

Object : Special issue (possible journals : Monde(s), A Contrario, Arsiv Orientalni, BJMES or Brill volume)

Coordinators : Philippe Bourmaud (U Lyon 3, IFEA), Armand Aupiais (IFEA), Aylin de Tapia (LABEX-MED)

Argument

The workshop aims to explore the figure of the missionary as a producer of expertise, in a Middle East where missionary activity was particularly intense, widespread, and capable of contributing in a significant fashion to the transformation of society far beyond the religious sphere. If expertise can be envisaged in an abstract manner as the capacity to give informed opinions, this normative definition is a black box of public action: the authority of the expert is a hypothetical element with contradictory dimensions. The notion is, however, an undeniable social fact, the expert providing an appearance of rationality in decision-making. It is therefore enlightening to ask who solicits the expertise, for what purpose, who is solicited and why; the call made upon the missionaries in a context of conflict such as that of the Middle East, is puzzling.

It seems somewhat hasty to consider the expert work carried out by the missionaries as a recycling of their experience in the field: that would imply that the missionaries only had an understanding of their own domain, which would mean ignoring the fact that their action was constructed by common religious aims and a superstructure that sent them to a mission territory. Why was the missionaries’ expertise solicited? What were their motivations in accepting these requests? What inherent means did the missions have for centralising expertise? What effect did the fact that the recommendations came from a missionary expert have on public action?

Historiography

Studies of the missions show an increasing interest in the expert work performed by the missionaries (Taithe, 2012 ; Dujardin and Prudhomme, 2015). This research orientation can be explained in part by the interest created by the studies on expertise as an extension of the social studies of science. The missionaries were then considered as just another source of experts, sometimes notable for their lack of formal initial qualifications. From this point of view, we need to make a link between the expertise attributed to the missionaries and the process of academic and administrative certification of experts that was developing throughout our period, and thence to envisage the missionaries as an exception in this process, or to question the forms of certification within the missionary organisation.

The perspective changes, however, if we look at the phenomenon from the point of view of the history of missionary movements. The salient point is the secularization of the motivations of public action which, in the Middle East, took the form of an institutionalization of denominational communities and equality before the law, independent of religious affiliation. This legal framework strengthened the hostility towards the Christian missions, commonly seen as harbingers of colonization, pitting them against the strengthened community institutions. Was acting as experts a way for the missionaries to rid themselves of the image of conquerors or causers of conflict? Did the production of expertise represent an element of secularization of the modus operandi of the missionaries? In what context can missionaries also embody a second opinion?

From the point of view of the history of the Middle East, the interest in expertise is part of a broader questioning on the methods of mentoring and of penetration in middle-eastern societies, by state institutions and international organizations since the 19th century. Emphasis was put on the way public policies and whole administrative organisations were imposed on middle-eastern societies. Experts were then associated with the epistemological distinction between observer and object, with the neglecting of the context of projects, with excessive growth and a lack of participation by the inhabitants in the conception of big national and international projects (Mitchell, 2002). How can one situate the missionaries in relation to the extension of the state’s influence? If they were generally considered as instruments of European colonial penetration, the social purposes of their operations often turned out to be congruent to the motivations of the States, and even modelled on the latter as well as on those of international organisations. Both options tend to consider the missions as always fundamentally external to the mission territories, ignoring their respective evolutions throughout the 20th century. If the missionaries were solicited as experts, it was perhaps rather for their plurilingualism, their capacity to speak to the mission populations, to their own hierarchy, to the different levels of the administration and to international instances.

Internal expertise and the network of missionary organisation

We propose firstly to analyse the missionaries’ work as experts by examining the way the mission network functioned, the circulation of knowledge throughout it and the effects of this grid-like organisation on missionary methods. The missionaries were first solicited by their own supervising organizations to think about the techniques and perspectives for their initiatives, or to transmit information formatted for potential donors: missiology in this sense was the mother of expertise.

Like the latter, missiology was founded not only on the work of agents on the spot, but also on that of partners and informers. The knowledge that resulted was pre-formatted and “co-produced” by the appeal and the special intentions of these different agents (Jasanoff, 2004).  Knowing that missionary organisations theorise the relations of their agents with the missioned societies, what incidence did the missiological concepts such as inculturation have on the expertise produced internally? Did these concepts give a specificity to the expertise produced by the missionaries?

Missions in Islam have for long been a special case within missionary structures, on account of the strong resistance to all attempts at conversion. The apologetics were therefore accompanied by social activities making it possible to approach societies differently, and led the missionaries to acquire a certain knowledge of these societies, often as a prelude to any operation, apologetic or social. What do the exchanges between the missionaries and their hierarchy and missiological literature teach us about the way that the gathering of information from the mission lands and the decision-making on the general orientations of the mission were articulated internally? Who were the “experts” making the link between these two phases for the Middle East? On what criteria – special training, bureaucratic functioning or something else – were they chosen? Were they dependent on privileged informers in mission lands? Did the orientation of missionary policy give rise on the contrary to conflicts of expertise between these different groups? What was the protocol presented by the missionaries to produce their expertise?

Knowledge of the field, certification and expertise

For what reason did people seek the missionaries’ help as experts, outside the sphere of the mission? It appears that it was firstly as men of the field, especially in the colonial period. They intervened in relations between the European powers and the missions, whether for purposes of information or to ensure, at a lower cost, both a presence and permanent operational links in the outlying regions, where it was more difficult to maintain a military presence or to attract civil servants and qualified personnel. Like for the military personnel, a mastery of the local language was the basis of the missionaries’ expertise. This tended therefore, at the same time, to give a special importance to the Christian communities and the congregations served by the missionaries, which made up the first circle of mediation in local social activity. Did the expertise of the missionaries lead the colonial powers to give increased importance to the constitution of communities in the colonised societies, or are the consideration of minorities and segmental theory the phenomenon most commonly shared between the colonisers and the missionaries? Did the missionaries, both European and local, walk hand in hand with the colonial powers, or was expertise a way for them to maintain their distance from the latter? How did the missionaries develop this knowledge of languages themselves? Did the missionary expertise affect language policies or debates on the constitution of the nation? Did the tendency to recruit middle-eastern missionaries, during the 20th century, affect their recruitment as experts by the colonial and post-colonial powers?

Faced with the image of the legitimate and professional expert that was spreading in the 20th century, the missionaries appear increasingly as a foil for others. Because of the conversion history of the missions and the opaque agendas attributed to them, they were considered too involved to be legitimate, whether in the eyes of the hostile nationalist powers, the experts in development immersed in scientism, or the secularised and critical humanitarian organisations such as the French doctors, or the anthropologists. On what base did the missionaries rely to assume the authority of experts, faced with this discourse?

To raise the question of the legitimacy of missionaries as experts, is also to raise the question of their relations with international institutions, which enhance recommendations of all sorts and international comparisons between public policies, but which also need someone on the spot to take over. Faced with the expansion of the international sphere, did missionary organisations turn towards the development of their expertise in the field, or did they change, faced with the requirements of personnel, of the definition of public policies and criteria for expertise within the arena of experts?  Cyrus Schayegh, at the American University in Beirut, observed at the time of the French Mandate, a premature evolution towards this second option, with the constitution of what he called a « complex university-foundation-development-missionary » (Schayegh, 2015). Can this evolution be generalized and if so, with what time sequence? To this complex should be added a humanitarian dimension, which supposes a reactivity founded not only on human and financial means, but on an intimate knowledge of the populations concerned; all of which the missionaries boasted. What role was played in the internationalised treatment of the great crises of the Middle East, beginning with the end of the First World War and then the war of 1948, in the evolution of the missionary organisations?

While professional environments of national experts and pools of expatriated all-round experts were being formed, how relevant was the missionary-expert in the field? Beyond the general principle of founding public action on the informed opinions of specialists, the notion of expertise also covered varying demands for both abstraction and a knowledge of the context, and in this “conflict”, the expert was often the person who was recognised as such. If the missionaries could be solicited because of their presence on the spot or because of the margin between the theoretical criteria for the recruitment of experts and the availability of personnel, it seems somewhat naïve to see in the appeal to missionaries a temporary last resort in a period of standardisation of the criteria of certification and the development of a university for all. Considering the reticular capacity of the missions and the fact that many of them also laid down conditions of qualification and diplomas for the recruitment of their agents, the appeal to missionaries as experts was also, for the missionary organisations, a question of placing themselves and thus of exercising political influence. To what end did this orientation of public action correspond after the secularisation of the justifications of the latter? Did the job of expert occupy a place in missiology? Beyond the missionary institutions as such, was this work done not by the missionaries themselves, but by milieux federated by missionary affinities, and what were these milieux?

Connections between institutions and secularised public action

The solicitations of the missionaries as experts coming from institutions outside the mission correspond however to a context that can be situated from the setting-up of constitutional governments, a context in which public action, now justified by the general interest, became secularised, as did humanitarian actions. These processes had repercussions, with a chronology to be defined, on the missionary modus operandi.

The fact that the missionaries were solicited as experts was counter-intuitive, considering the hostility manifested by the missioned societies towards the missions. Thus the Ottoman Empire sometimes had recourse to the services of the missionaries to compensate for their own scarce services, but the internal correspondence of the administrations generally assimilated them with foreign agents whom it was impossible to trust. The nationalist powers in the Middle-East often demonized the missionaries denouncing the proselytising ulterior motives behind missionary action. The end of the 19th and the beginning of the 20th centuries however witnessed a reorientation of the forms of action of the most important missionary organisations, towards a development of social actions and the transmission of values to the detriment of conversion as sole aim. Were the missionaries solicited despite the persistent mistrust of the old missiology which aimed at conversion, or were such solicitations a reflection of an awareness of the changes in methods and finalities of the missionary action among public agents? A first approach makes it appear that familiarity with the missionaries was a determining factor, and that in order to answer the question we need to identify those who solicited the missionaries within the institutions of civil society, and ask ourselves whether they were not already familiar with the missionaries.

In the modern and contemporary Middle East, the solicitation of the missionaries as experts came first from the colonial powers, international organisations, large foundations and certain NGOs. The solicitations from the independent States are less well known and were probably less frequent. To explain the call on the missionaries’ expertise, we need to invoke the fact that they were present in the field, even if that is not enough: they were only one of the possible relays, alongside the civil servants, soldiers, and doctors, among others. We are forced to fall back on the existence of previous links and the functioning of the network of missionary organisations: was it then the links created individually by missionaries that qualified them as experts, or rather the interaction between institutions? Did the importance of missionary educational institutions in the formation of the local political classes encourage the soliciting of the missionaries after independence, at a time when the political and administrative structures often had but the form and the name of a state?

To answer these various questions, we will, among other aspects, approach the careers of experts in missionary circles, the qualification of the people concerned, the nature of the expertise claimed by the missionaries and their methods of observation. We should also ask ourselves about the agendas of the missionary institutions and their translation into forms of expertise. Did the latter occupy an important place in missiological debates, and if so from what perspective? Missionary work and internationalised expertise had in common problems of method, of relations with otherness: how could otherness and distancing oneself, or on the contrary the inculturation and indigenisation of expertise, be envisaged in missionary circles? Moreover, it would be useful to pinpoint and chart the networks which were woven around the missionaries to communicate their expertise. We need also to ask ourselves about the re-appropriation of the missionaries’ approach concerning the missioned societies, in particular the part of missionary movements which were emerging within other religions (missions and proselytizing, Moslems, Bahaï, Buddhists, Jews, etc) : did they borrow a certain savoir faire from the Christian missions, or did they build their knowledge of the societies where they operated differently, on the basis of different relations ?

The proposals (250-300 words)  are to be sent to missmo@ifporient.org , accompanied by five key-words and a short biography including academic affiliation.

BIBLIOGRAPHY

Carine DUJARDIN & Claude PRUDHOMME, Science & Mission: Missiology revisited / Missiologie revisitée 1850-1940, Louvain, Leuven University Press, 2015.

Sheila JASANOFF, States of Knowledge: The Co-Production of Science and the Social Order, London, Routledge, 2004.

Timothy MITCHELL, Rule of Experts: Egypt, Techno-Politics, Modernity, Berkeley, University of California Press, 2002.

Cyrus SCHAYEGH, « The Interwar Germination of Development and Modernization Theory and Practice : Politics, Institution Building, and Knowledge, Production between the Rockefeller Foundation and the American University of Beirut », Geschichte und Gesellschaft, 41 (2015), pp. 649–684.

Bertrand TAITHE, « Pyrrhic Victories? French Catholic Missionaries, Modern Expertise and Secularizing Technologies », in: Michael Barnett & Janice Gross Stein (eds), Sacred Aid. Faith and humanitarianism, Oxford, 2012, pp. 166-182.

Annonce : « Missionnaires en qualité d’experts : réseaux religieux, connaissance du terrain et action publique au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècle)

Lieu : Istanbul

Date : 26-27 octobre 2018

Format : Atelier

Object : Dossier thématique (Monde(s), A Contrario, Arsiv Orientalni ou BJMES ; alternativement, volume collectif chez Brill)

Coordinateurs : Philippe Bourmaud (U. Lyon 3, IFEA), Armand Aupiais (IFEA), Aylin de Tapia (LABEX-MED)

L’atelier vise à explorer la figure du missionnaire comme producteur d’expertise, dans un Moyen-Orient où l’activité missionnaire a été particulièrement intense, disséminée, et susceptible de contribuer de manière significative aux transformations des sociétés de mission bien au-delà du religieux. Si l’expertise peut être envisagée de manière abstraite comme la capacité à émettre des avis informés, cette définition normative est une boîte noire de l’action publique : l’autorité de l’expert est une construction sociale aux dimensions contradictoires. La notion constitue cependant un fait social indéniable, l’expert fournissant un prétexte de rationalité dans la prise de décision. Il est alors éclairant de demander qui sollicite une expertise, dans quel but, qui est sollicité et à quel titre ; et l’appel fait aux missionnaires en la matière, dans un contexte d’opération aussi conflictuel pour eux que le Moyen-Orient, est énigmatique.

Il semble un peu court de considérer le travail d’expert opéré par les missionnaires comme un recyclage de leur expérience de terrain : cela reviendrait à supposer que les missionnaires n’ont d’intelligence que de leur terrain propre, au prix de l’oubli que leur action est structurée à la fois par des finalités religieuses communes et une superstructure qui les a envoyés en terre de mission. Pour quelles raisons sollicite-t-on l’expertise des missionnaires ? Quelles sont leurs motivations à accepter ces sollicitations ? Quels sont les moyens inhérents aux missions de centraliser l’expertise ? Quelle est l’incidence de l’origine missionnaire des recommandations d’expert sur l’action publique ?

Historiographie :

Les études sur les missions manifestent un intérêt croissant pour le travail d’expertise effectué par des missionnaires (Taithe, 2012 ; Dujardin et Prudhomme, 2015). Cette orientation de recherche s’explique en partie par l’intérêt suscité par les études sur l’expertise comme prolongement des social studies of science. Les missionnaires sont alors considérés comme un vivier d’experts parmi d’autres, notable parfois pour son manque de qualification formelle initiale. Dans cette perspective, on est amené à rapporter l’expertise attribuée aux missionnaires aux processus de certification académique et bureaucratique des experts qui se développent tout au long de notre période, et de là à envisager les missionnaires comme une exception à ces processus, ou à interroger les formes de certification interne à l’organisation missionnaire.

La perspective change cependant si l’on aborde le phénomène du point de vue de l’histoire des mouvements missionnaires. Le fait saillant est alors la sécularisation des ressorts de l’action publique qui prend, au Moyen-Orient, la forme de l’institutionnalisation des communautés confessionnelles et du principe d’égalité en droit, indépendamment de l’appartenance religieuse. Ce cadre juridique renforce les hostilités aux missions chrétiennes, communément perçues comme les fourriers de la colonisation, en les opposant à des institutions communautaires renforcées. Faire fonction d’expert, est-ce alors pour les missionnaires un moyen de se débarrasser d’une image de conquérants ou de faiseurs de conflits ? La production d’expertise représente-t-elle un élément de sécularisation des modes opératoires missionnaires ?

Du point de vue de l’historiographie du Moyen-Orient, l’intérêt pour l’expertise s’inscrit dans un questionnement plus large sur les modes d’encadrement et de pénétration des sociétés moyen-orientales par les institutions étatiques et les organisations internationales depuis le XIXe siècle. On a pu souligner le placage de politiques publiques et d’organisations administratives entières sur les sociétés moyen-orientales. Les experts ont alors été associés à la distinction épistémologique entre observateur et objet, à l’oubli du contexte des projets, au gigantisme et à l’absence de participation des habitants à la conception des grands projets étatiques et internationaux (Mitchell, 2002). Comment situer les missionnaires par rapport à l’extension de l’emprise étatique ? S’ils ont été généralement considérés comme des instruments de la pénétration coloniale européenne, les finalités mondaines de leurs opérations se sont souvent révélées congrues aux finalités des États, voire se sont modelées sur ces dernières et celles des organisations internationales, ou ont été modelées par elles. L’une et l’autre option tendent à considérer les missions comme toujours fondamentalement extérieures aux sociétés missionnées, au mépris de leurs évolutions respectives tout au long du XXe siècle. Si les missionnaires sont sollicités comme experts, c’est peut-être plutôt pour leur polyglossie, leur capacité à tenir discours aux populations missionnées, à leur propre hiérarchie, aux différents échelons de pouvoir administratif et aux instances internationales.

Expertise interne et organisation missionnaire en réseau :

Nous proposons tout d’abord d’analyser le travail d’expert des missionnaires en interrogeant le fonctionnement en réseau des missions, la circulation des savoirs à travers elles et les effets de cette organisation réticulaire sur les méthodes missionnaires. Les missionnaires ont d’abord été sollicités par leurs organisations de tutelle pour réfléchir aux techniques et aux perspectives de leurs entreprises, ou pour transmettre une information formatée à destination des donateurs potentiels : la missiologie est en ce sens parente de l’expertise.

Comme cette dernière, la missiologie se fonde sur non seulement sur le travail d’agents sur place, mais sur les interlocuteurs et informateurs de ces derniers. Les savoirs qui en résultent sont pré-formatés et « co-produits » par les tropismes et les intentions particulières de ces différents acteurs (Jasanoff, 2004). Sachant que les organisations missionnaires théorisent les relations de leurs agents avec les sociétés missionnées, quelle incidence des concepts missiologiques tels que l’inculturation ont-ils sur l’expertise produite en interne ? Ces concepts donnent-ils une spécificité à l’expertise produite par les missionnaires ?

Les missions en terre d’Islam ont de longue date constitué un cas d’espèce à l’intérieur des structures missionnaires, en raison des fortes résistances opposées aux entreprises de conversion. Le travail apologétique s’est alors doublé d’activités mondaines permettant d’approcher autrement les sociétés, et a conduit les missionnaires à produire des savoirs sur ces sociétés, souvent comme préalable à toute opération, apologétique ou mondaine. Que nous apprennent les échanges entre les missionnaires et leur hiérarchie et la littérature missiologique sur la manière dont étaient articulées en interne la collecte d’information à partir des terrains missionnaires et la prise de décision sur les orientations générales de la mission ? Qui étaient les « experts » qui faisaient le lien entre ces deux étapes pour le Moyen-Orient ? Sur quels critères – formation spécialisée, fonctionnement bureaucratique ou autre – étaient-ils choisis ? Étaient-ils tributaires d’informateurs privilégiés dans les terres de mission ? L’orientation de la politique missionnaire donnait-elle au contraire lieu à des conflits d’expertise entre ces différents échelons ?

Connaissance du terrain, certification et expertise

A quelle enseigne a-t-on recours aux missionnaires comme experts en dehors de la sphère missionnaire ? C’est, semble-t-il, d’abord comme hommes de terrain, notablement à l’époque coloniale, dans les relations entre les pouvoirs européens et les missions, que ce soit à des fins de renseignement ou pour assurer à moindre coût une présence et des liens opérationnels permanents dans des régions excentrées, où il est plus difficile de maintenir une présence militaire ou d’attirer fonctionnaires et diplômés. Comme pour les militaires, la maîtrise de la langue locale est le corollaire de l’expertise des missionnaires. Ce fonctionnement tend à donner du même coup une importance particulière aux communautés chrétiennes et aux congrégations desservies par les missionnaires, qui constituent le premier cercle de médiation de la réalité sociale locale autour de ces derniers. L’expertise des missionnaires conduit-elle les pouvoirs coloniaux à donner une importance accrue à la constitution communautaire des sociétés colonisées, ou bien le communautarisme et la théorie segmentaire sont-elles la chose du monde la mieux partagée entre coloniaux et missionnaires ? Les missionnaires, européens ou locaux, marchent-ils main dans la main avec les pouvoirs coloniaux, ou bien l’expertise est-elle pour eux un moyen de maintenir une distance avec ces derniers ? L’expertise des missionnaires affecte-t-elle les politiques de la langue, ou les débats sur la constitution de la nation ? Est-ce que la tendance au recrutement moyen-oriental des missionnaires, au fil du vingtième siècle, affecte leur recrutement comme experts par les pouvoirs coloniaux et post-coloniaux ?

En face de l’image de l’expert légitime et professionnel qui se répand au XXe siècle, les missionnaires font de plus en plus souvent figure de repoussoir. Du fait de l’histoire prosélyte des missions et des agendas opaques communément prêtés à celles-ci, ils sont réputés trop intéressés pour être légitimes, que ce soit aux yeux des pouvoirs nationalistes hostiles, des experts en développement pénétrés de scientisme, des organisations humanitaires sécularisées et critiques telles que les French doctors, ou des anthropologues. Face à ces discours, et sur quels fondements s’appuient désormais les missionnaires pour assumer une autorité d’expert ?

Soulever la question de la légitimité des missionnaires en tant qu’experts, c’est aussi soulever la question de leur rapport aux institutions internationales, qui valorisent les recommandations tout-terrain et les comparaisons internationales entre politiques publiques, mais ont également besoin de relais sur place. Face à l’expansion de la sphère internationale, les organisations missionnaires s’orientent-elles vers le développement de leur expertise de terrain, ou bien se transforment-elles face aux exigences de personnel, de définition des politiques publiques et des critères d’expertise au sein des arènes d’experts ?  Cyrus Schayegh observe à l’Université Américaine de Beyrouth, à l’époque du mandat français, une évolution précoce vers cette deuxième option, avec la constitution de ce qu’il nomme « complexe université-fondation-développement-missionnaire » (Schayegh, 2015). Cette évolution est-elle généralisable, et si oui, avec quelles chronologies ? A ce complexe, il semble pertinent d’ajouter une dimension d’action humanitaire, qui suppose une réactivité fondée non seulement sur des moyens humains et financiers, mais sur une connaissance intime des populations concernées ; toutes choses dont les missionnaires se prévalent. Quelles rôles le traitement internationalisé des grandes crises du Moyen-Orient, à commencer par la fin de la Première Guerre mondiale puis la guerre de 1948, a-t-il joué dans l’évolution du rôle des organisations missionnaires ?

A mesure que se forment des milieux professionnels d’experts nationaux et des viviers d’experts expatriés tout-terrain, quelle pertinence conserve le missionnaire-expert de terrain ? Au-delà du principe général de fonder l’action publique sur des avis informés obtenus auprès de spécialistes, la notion d’expertise recouvre aussi des exigences très variables d’abstraction et de connaissance du contexte, et dans ce tiraillement, l’expert est souvent celui qu’on reconnaît comme tel. Si les missionnaires ont pu être sollicités en raison de leur présence sur place ou de l’écart entre les critères théoriques de recrutement d’experts et les disponibilités de personnel, il paraît tout de même naïf de voir dans le recours aux missionnaires un pis-aller temporaire dans une phase de standardisation des critères de certification et de développement de l’université de masse. Eu égard à la capacité réticulaire des missions et au fait que nombre d’entre elles posent aussi des conditions de qualification et de diplôme au recrutement de leurs agents, le recours aux missionnaires comme experts est aussi pour les organisations missionnaires histoire de se placer et par là, d’exercer une influence politique. A quelles finalités répond ce travail d’orientation de l’action publique après la sécularisation des justifications de celle-ci ? Le travail d’expert en vient-il à occuper une place dans la missiologie ? Au-delà des institutions missionnaires proprement dites, ce travail est-il opéré désormais non plus par des missionnaires eux-mêmes, mais par des milieux fédérés par des affinités missionnaires, et quels sont alors ces milieux ?

Connexions inter-institutionnelles et action publique sécularisée :

Les sollicitations des missionnaires comme experts venant d’institutions au dehors de la mission correspondent cependant à un contexte qu’on peut situer à partir de la mise en place de gouvernements constitutionnels, contexte dans lequel l’action publique, désormais justifiée par l’intérêt général, se sécularise, tout comme l’action caritative. Ces processus se sont répercutés, avec une chronologie à préciser, sur les modes opératoires missionnaires.

Que les missionnaires aient alors été sollicités comme experts est contre-intuitif, eu égard à l’hostilité manifeste des sociétés missionnées à l’égard des missions. Ainsi l’Empire ottoman a parfois eu recours aux services des missionnaires pour suppléer ses services défaillants, mais la correspondance interne des administrations les assimilait généralement à des agents de l’étranger à qui il était impossible de se fier. Les pouvoirs nationalistes au Moyen-Orient ont souvent diabolisé les missionnaires en dénonçant les arrière-pensées prosélytes motivant l’action missionnaire. La fin du XIXe et le début du XXe ont pourtant connu une réorientation des modes d’action des plus importantes organisations missionnaires, vers la valorisation des actions mondaines et de la transmission de valeurs au détriment de l’objectif de conversion. Les missionnaires étaient-ils sollicités en dépit de la défiance persistante à l’égard d’une missiologie ancienne visant à la conversion, ou bien de telles sollicitations reflétaient-elles une prise de conscience des changements de méthode et de finalité de l’action missionnaire parmi les acteurs publics ? En première approche, il semble que la familiarité avec les missionnaires soient un déterminant important, et qu’il faille pour répondre identifier ceux qui sollicitent les missionnaires au sein des institutions et de la société civile, et nous demander s’ils n’étaient pas d’ores et déjà familiers des missionnaires.

Dans le Moyen-Orient contemporain, la sollicitation des missionnaires comme experts est venue d’abord des pouvoirs coloniaux, des organisations internationales et des grandes fondations et de certaines ONG. Les sollicitations de la part des États indépendants sont moins connues, et probablement ont-elles été moins fréquentes. Pour expliquer l’appel fait à l’expertise des missionnaires, invoquer le fait qu’ils se trouvaient sur le terrain est pertinent mais ne suffit pas : ils ne constituaient qu’une catégorie de relais possibles, à côté des fonctionnaires, des militaires, des médecins entre autres. Nous sommes renvoyés à l’existence préalable de liens et au fonctionnement en réseau des organisations missionnaires : est-ce que ce sont alors les liens noués individuellement par les missionnaires qui les qualifiaient comme experts, ou plutôt les interactions entre institutions ? Est-ce que l’importance des institutions éducatives missionnaires dans la formation des classes politiques locales a encouragé la sollicitation des missionnaires après les indépendances, alors que les structures politiques et administratives n’avaient souvent d’Etat que la forme et le nom ?

Pour répondre à ces diverses questions, nous aborderons, entre autres aspects, les carrières d’expert dans les milieux missionnaires, la qualification des personnes concernées, la nature de l’expertise revendiquée par les missionnaires et leurs méthodes d’observation. Il conviendrait également de nous interroger sur les agendas des institutions missionnaires et de leur traduction sous forme d’expertises. L’expertise occupe-t-elle une place notable dans les débats missiologiques, et si oui, dans quelle perspective ? Le travail missionnaire et l’expertise internationalisée ont en commun des problèmes de méthode, de rapport à l’altérité : comment l’altérité et la mise à distance, ou au contraire l’inculturation et l’indigénisation de l’expertise, sont-elles envisagées dans les milieux missionnaires ? Il serait en outre utile de repérer et cartographier les réseaux qui se tissent autour des missionnaires pour la communication de leur expertise. Il faudrait nous interroger sur les réappropriations des approches des missionnaires à l’égard des sociétés missionnées, en particulier de la part des mouvements missionnaires qui émergent à l’intérieur d’autres religions (missions musulmanes, bahaïes, bouddhistes, juives, etc.) : ceux-ci empruntent-ils des savoir-faire aux missions chrétiennes, ou bien construisent-ils autrement un savoir sur les sociétés où ils opèrent, sur la base de relations différentes ?

Les propositions de communication (250-300 mots) sont à renvoyer à missmo@ifporient.org , accompagnés de cinq mots-clés et d’une courte biographie incluant l’affiliation académique.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE :

Carine DUJARDIN & Claude PRUDHOMME, Science & Mission : Missiology revisited / Missiologie revisitée 1850-1940, Louvain, Leuven University Press, 2015.

Sheila JASANOFF, States of Knowledge : The Co-Production of Science and the Social Order, Londres, Routledge, 2004.

Timothy MITCHELL, Rule of Experts : Egypt, Techno-Politics, Modernity, Berkerley, University of California Press, 2002.

Cyrus SCHAYEGH, « The Interwar Germination of Development and Modernization Theory and Practice : Politics, Institution Building, and Knowledge Production between the Rockefeller Foundation and theAmerican University of Beirut », Geschichte und Gesellschaft, 41 (2015), p. 649–684.

Bertrand TAITHE, « Pyrrhic Victories? French Catholic Missionaries, Modern Expertise and Secularizing Technologies », in: Michael Barnett & Janice Gross Stein (éds), Sacred Aid. Faith and humanitarianism, Oxford, 2012, p. 166-182.

Calendrier prévisionnel du programme MisSMO, 2017-2021

2017

  • 18-22 juin 2017 , « European projects about Modern History of Eastern Christianity », panel organisé au sein du 1e congrès de la European Academy of Religion, FSCIRE, Bologne
  • 6 juillet 2017, « Le phénomène missionnaire au prisme du genre dans le Moyen-Orient contemporain », panel organisé au sein du 2e congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, INALCO, Paris
  • 27-29 novembre 2017, « In partibus fidelium. Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles) », Colloque international, École française de Rome, Rome

2018

  • 16-22 juillet 2018: « Diplomatie culturelle, esthétique et missions au Moyen-Orient, XIXe-XXe siècles », WOCMES, Séville
  • 26-27 octobre 2018 : « Missionnaires en qualité d’experts : réseaux religieux, connaissance de terrain et action publique au Moyen-Orient (19e-21e siècle), IFEA, Istanbul

2019

  • Mars : Workshop « Mission et pouvoir en place », University of Leiden, Leiden
  • Juin/septembre : École doctorale « Renouveaux des sources et méthodes pour l’étude du phénomène missionnaire », (2 volets), 15 doctorants
    • 3-6 juin 2019, « Sources romaines et études des textes », École française de Rome, Rome
    • Début septembre 2019, « Méthodes ethnographiques et reportage scientifique », IFAO, Le Caire

2020

  • Colloque international de clôture du programme, École française de Rome, Rome

Programme colloque: Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles)

In partibus fidelium.
Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles)

Colloque inaugural du programme MisSMO

https://missmo.hypotheses.org/

École française de Rome, 27-29 novembre 2017

Ecole française de Rome (EfR), Fondazione per le scienze religiose Giovanni XXIII (Fscire), Institut français d’archéologie orientale (Ifao), Institut français d’études anatoliennes (IFEA), Institut français du Proche-Orient (Ifpo), Leiden University, Università di Padova.

LUNDI

9h Ouverture du colloque

Fabrice Jesné (EfR) : Accueil

Norig Neveu (Ifpo, Amman) : Présentation du programme MisSMO

Vittorio Berti (Università di Padova), Marie Levant (Fscire) : Introduction

9h45 Conférence inaugurale

Heather Sharkey (University of Pennsylvania)

10.50 Pause Café

11h15 I. La constitution de savoirs orientaux : livres, bibliothèques et imprimeries entre missions et sociétés locales.

Discutant : Philippe Bourmaud (IFEA/Université Jean Moulin-Lyon 3)
Carsten Walbiner (Birzeit University) : The Arabic manuscripts kept at the Library of the Franciscan custody in Jerusalem as a mirror of the society themissionaries were living in.

Maria Chiara Rioli (Université Paris-Est), Marion Blocquet (Ecole des Chartes) : I caratteri di Jerusalem. La tipografia francescana e la rivista Terra Santa.

Rafaël Herzstein (University of Haifa) : La Bibliothèque orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth : « phare culturel » de l’orientalisme ?

Charbel Nassif (Institut Catholique de Paris) : Le grand euchologue melkite de 1865 : circonstances d’impression et spécificités liturgiques.

12.40 Discussion

14h45 II. Acteurs et structures de la production culturelle des missions

Discutant :Norig Neveu (Ifpo, Amman)
Tangi Cavalin (EHESS): Prosopographie des dominicains des provinces de France au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècles).
Jean-Jacques Pérennès (EBAF) : L’imprimerie des dominicains de Mossoul, au service de la mémoire culturelle des chrétiens d’Orient.
Tijmen Baarda (Leiden University) : Dominican-Iraqi scholarship and the Syro-Chaldean Seminary: Creating and maintaining a shared space of scholarly activity (1878-1950).

15.50 Discussion

16.40 Pause café

17h III. Missions et savoirs linguistiques

Discutant : Karène Sanchez (Leiden University)
Hayk Martirosyan (FAU Erlangen-Nürnberg) : The role of the German Aid Society for Armenian Relief in the Preservation and Dissemination of Armenian

Language in Marash (Cicilia), 1898-1919.
Alessandro Mengozzi (Università di Torino) : Modern Aramaic and the Catholicization of Christian Culture in Northern Iraq-

17.45 Discussion

MARDI
9h00 IV. Transferts, circulations et reformulations des savoirs

Discutant :

Bernard Heyberger (EHESS/EPHE)

Emiliano Fiori (Humboldt-Universität zu Berlin) : Syriac studies for the Kaiser : Eduard Sachau’s scientific mission to Mesopotamia.

Ameer Jajé (IDEO, Le Caire) : La découverte de l’église de Kokhé : l’aube de la foi chrétienne en Mésopotamie.

Massimiliano Vaghi (Università di Milano) : Réceptions et reformulations de l’Orient chrétien dans les « Archives des missions scientifiques et littéraires » (finXIXe siècle.).

Riccardo Saccenti (Fscire) : Ecrire l’histoire de l’Orient avec les yeux de François d’Assise: origines, méthodes et contenues de la Biblioteca bio-bibliograficadella Terra Santa de Girolamo Golubovich

10.30 Discussion

11.30 Pause café

11h50 V. Patrimonialisation et mise en valeur des traditions culturelles locales

Discutant :

Séverine Gabry-Thienpont (Ifao, Le Caire)

Julien Auber de Lapierre (EPHE) : Marcus Simaika Pacha ou l’inventeur du patrimoine copte.

Hiroko Miyokawa (University of Oxford) : The Rediscovery of St. Menas the Miracle Maker.

Willy Jansen (Radboud University Nijmegen) : Showing the cultures of the East. Piet Gerrits and the Biblical Museum of the Holy Land Foundation.

12.50 Discussion

15.00 VI. Savoirs concurrentiels : les politiques missionnaires et leurs enjeux

Discutant :

Anthony O’Mahony (University of London)

Konstantinos Papastathis (Université du Luxembourg) : Missionary Politics in Late Ottoman Palestine : The Stance of the Orthodox Patriarchate of Jerusalem.

Paolo Maggiolini (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano) : Change, Transition, and Development in the Contemporary Holy Land : the Latin Patriarchate of Jerusalem and the British Mandate in Palestine.

Paolo Zanini (Università di Milano) : Cattolici e Protestanti in Terra Santa. Aspetti culturali di una rivalità secolare (1848-1948).

Edouard Coquet (Université Paris-Sorbonne) : Le Saint-Siège et les Églises orientales face à l’autorité française en Syrie et au Liban (1920-1930).

16.20 Discussion

17.30 Pause café

17.45 Conférence

Chantal Verdeil (INALCO)

MERCREDI
8.45 VII. Chrétiens d’Orient et gouvernement romain au tournant de Vatican II : repenser la mission ?

Discutant :

Giuseppe Maria Croce (Rome)

Anthony O’Mahony (University of London) : Between Rome and Antioch: Cardinal-Patriarch Gabriel Tappouni and the Syriac Catholic Church in the modern Middle East – ecclesial identity, mission and Canon Law.

Claire Maligot (EPHE) : Se faire la voix de l’Orient au concile Vatican II. Médiations latines et protestations orientales dans le débat sur les rapports de l’Eglise catholique avec les autres religions.

Alberto Guasco (Link Campus University, Rome) : Paolo VI, i benedettini di Gerusalemme e la riconciliazione con i cristiani d’Oriente.

Isabelle Rousselin (Bethléem) : Le monastère de l’Emmanuel (Bethléem, 1963-2017) et son projet pour l’unité entre Orient et Occident : faire revivre le monachisme byzantin dans l’Eglise melkite.

10.15 Discussion

11.15 Pause café

11.30 Table ronde conclusive

Présidée par Alberto Melloni (Università di Modena e Reggio Emilia).
Conclusions : Aurélien Girard (Université de Reims), Bernard Heyberger (EPHE/EHESS) Discussion finale et perspectives du programme MisSMO : équipe MisSMO.