Annonce : « Missionnaires en qualité d’experts : réseaux religieux, connaissance du terrain et action publique au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècle)

Lieu : Istanbul

Date : 26-27 octobre 2018

Format : Atelier

Object : Dossier thématique (Monde(s), A Contrario, Arsiv Orientalni ou BJMES ; alternativement, volume collectif chez Brill)

Coordinateurs : Philippe Bourmaud (U. Lyon 3, IFEA), Armand Aupiais (IFEA), Aylin de Tapia (LABEX-MED)

L’atelier vise à explorer la figure du missionnaire comme producteur d’expertise, dans un Moyen-Orient où l’activité missionnaire a été particulièrement intense, disséminée, et susceptible de contribuer de manière significative aux transformations des sociétés de mission bien au-delà du religieux. Si l’expertise peut être envisagée de manière abstraite comme la capacité à émettre des avis informés, cette définition normative est une boîte noire de l’action publique : l’autorité de l’expert est une construction sociale aux dimensions contradictoires. La notion constitue cependant un fait social indéniable, l’expert fournissant un prétexte de rationalité dans la prise de décision. Il est alors éclairant de demander qui sollicite une expertise, dans quel but, qui est sollicité et à quel titre ; et l’appel fait aux missionnaires en la matière, dans un contexte d’opération aussi conflictuel pour eux que le Moyen-Orient, est énigmatique.

Il semble un peu court de considérer le travail d’expert opéré par les missionnaires comme un recyclage de leur expérience de terrain : cela reviendrait à supposer que les missionnaires n’ont d’intelligence que de leur terrain propre, au prix de l’oubli que leur action est structurée à la fois par des finalités religieuses communes et une superstructure qui les a envoyés en terre de mission. Pour quelles raisons sollicite-t-on l’expertise des missionnaires ? Quelles sont leurs motivations à accepter ces sollicitations ? Quels sont les moyens inhérents aux missions de centraliser l’expertise ? Quelle est l’incidence de l’origine missionnaire des recommandations d’expert sur l’action publique ?

Historiographie :

Les études sur les missions manifestent un intérêt croissant pour le travail d’expertise effectué par des missionnaires (Taithe, 2012 ; Dujardin et Prudhomme, 2015). Cette orientation de recherche s’explique en partie par l’intérêt suscité par les études sur l’expertise comme prolongement des social studies of science. Les missionnaires sont alors considérés comme un vivier d’experts parmi d’autres, notable parfois pour son manque de qualification formelle initiale. Dans cette perspective, on est amené à rapporter l’expertise attribuée aux missionnaires aux processus de certification académique et bureaucratique des experts qui se développent tout au long de notre période, et de là à envisager les missionnaires comme une exception à ces processus, ou à interroger les formes de certification interne à l’organisation missionnaire.

La perspective change cependant si l’on aborde le phénomène du point de vue de l’histoire des mouvements missionnaires. Le fait saillant est alors la sécularisation des ressorts de l’action publique qui prend, au Moyen-Orient, la forme de l’institutionnalisation des communautés confessionnelles et du principe d’égalité en droit, indépendamment de l’appartenance religieuse. Ce cadre juridique renforce les hostilités aux missions chrétiennes, communément perçues comme les fourriers de la colonisation, en les opposant à des institutions communautaires renforcées. Faire fonction d’expert, est-ce alors pour les missionnaires un moyen de se débarrasser d’une image de conquérants ou de faiseurs de conflits ? La production d’expertise représente-t-elle un élément de sécularisation des modes opératoires missionnaires ?

Du point de vue de l’historiographie du Moyen-Orient, l’intérêt pour l’expertise s’inscrit dans un questionnement plus large sur les modes d’encadrement et de pénétration des sociétés moyen-orientales par les institutions étatiques et les organisations internationales depuis le XIXe siècle. On a pu souligner le placage de politiques publiques et d’organisations administratives entières sur les sociétés moyen-orientales. Les experts ont alors été associés à la distinction épistémologique entre observateur et objet, à l’oubli du contexte des projets, au gigantisme et à l’absence de participation des habitants à la conception des grands projets étatiques et internationaux (Mitchell, 2002). Comment situer les missionnaires par rapport à l’extension de l’emprise étatique ? S’ils ont été généralement considérés comme des instruments de la pénétration coloniale européenne, les finalités mondaines de leurs opérations se sont souvent révélées congrues aux finalités des États, voire se sont modelées sur ces dernières et celles des organisations internationales, ou ont été modelées par elles. L’une et l’autre option tendent à considérer les missions comme toujours fondamentalement extérieures aux sociétés missionnées, au mépris de leurs évolutions respectives tout au long du XXe siècle. Si les missionnaires sont sollicités comme experts, c’est peut-être plutôt pour leur polyglossie, leur capacité à tenir discours aux populations missionnées, à leur propre hiérarchie, aux différents échelons de pouvoir administratif et aux instances internationales.

Expertise interne et organisation missionnaire en réseau :

Nous proposons tout d’abord d’analyser le travail d’expert des missionnaires en interrogeant le fonctionnement en réseau des missions, la circulation des savoirs à travers elles et les effets de cette organisation réticulaire sur les méthodes missionnaires. Les missionnaires ont d’abord été sollicités par leurs organisations de tutelle pour réfléchir aux techniques et aux perspectives de leurs entreprises, ou pour transmettre une information formatée à destination des donateurs potentiels : la missiologie est en ce sens parente de l’expertise.

Comme cette dernière, la missiologie se fonde sur non seulement sur le travail d’agents sur place, mais sur les interlocuteurs et informateurs de ces derniers. Les savoirs qui en résultent sont pré-formatés et « co-produits » par les tropismes et les intentions particulières de ces différents acteurs (Jasanoff, 2004). Sachant que les organisations missionnaires théorisent les relations de leurs agents avec les sociétés missionnées, quelle incidence des concepts missiologiques tels que l’inculturation ont-ils sur l’expertise produite en interne ? Ces concepts donnent-ils une spécificité à l’expertise produite par les missionnaires ?

Les missions en terre d’Islam ont de longue date constitué un cas d’espèce à l’intérieur des structures missionnaires, en raison des fortes résistances opposées aux entreprises de conversion. Le travail apologétique s’est alors doublé d’activités mondaines permettant d’approcher autrement les sociétés, et a conduit les missionnaires à produire des savoirs sur ces sociétés, souvent comme préalable à toute opération, apologétique ou mondaine. Que nous apprennent les échanges entre les missionnaires et leur hiérarchie et la littérature missiologique sur la manière dont étaient articulées en interne la collecte d’information à partir des terrains missionnaires et la prise de décision sur les orientations générales de la mission ? Qui étaient les « experts » qui faisaient le lien entre ces deux étapes pour le Moyen-Orient ? Sur quels critères – formation spécialisée, fonctionnement bureaucratique ou autre – étaient-ils choisis ? Étaient-ils tributaires d’informateurs privilégiés dans les terres de mission ? L’orientation de la politique missionnaire donnait-elle au contraire lieu à des conflits d’expertise entre ces différents échelons ?

Connaissance du terrain, certification et expertise

A quelle enseigne a-t-on recours aux missionnaires comme experts en dehors de la sphère missionnaire ? C’est, semble-t-il, d’abord comme hommes de terrain, notablement à l’époque coloniale, dans les relations entre les pouvoirs européens et les missions, que ce soit à des fins de renseignement ou pour assurer à moindre coût une présence et des liens opérationnels permanents dans des régions excentrées, où il est plus difficile de maintenir une présence militaire ou d’attirer fonctionnaires et diplômés. Comme pour les militaires, la maîtrise de la langue locale est le corollaire de l’expertise des missionnaires. Ce fonctionnement tend à donner du même coup une importance particulière aux communautés chrétiennes et aux congrégations desservies par les missionnaires, qui constituent le premier cercle de médiation de la réalité sociale locale autour de ces derniers. L’expertise des missionnaires conduit-elle les pouvoirs coloniaux à donner une importance accrue à la constitution communautaire des sociétés colonisées, ou bien le communautarisme et la théorie segmentaire sont-elles la chose du monde la mieux partagée entre coloniaux et missionnaires ? Les missionnaires, européens ou locaux, marchent-ils main dans la main avec les pouvoirs coloniaux, ou bien l’expertise est-elle pour eux un moyen de maintenir une distance avec ces derniers ? L’expertise des missionnaires affecte-t-elle les politiques de la langue, ou les débats sur la constitution de la nation ? Est-ce que la tendance au recrutement moyen-oriental des missionnaires, au fil du vingtième siècle, affecte leur recrutement comme experts par les pouvoirs coloniaux et post-coloniaux ?

En face de l’image de l’expert légitime et professionnel qui se répand au XXe siècle, les missionnaires font de plus en plus souvent figure de repoussoir. Du fait de l’histoire prosélyte des missions et des agendas opaques communément prêtés à celles-ci, ils sont réputés trop intéressés pour être légitimes, que ce soit aux yeux des pouvoirs nationalistes hostiles, des experts en développement pénétrés de scientisme, des organisations humanitaires sécularisées et critiques telles que les French doctors, ou des anthropologues. Face à ces discours, et sur quels fondements s’appuient désormais les missionnaires pour assumer une autorité d’expert ?

Soulever la question de la légitimité des missionnaires en tant qu’experts, c’est aussi soulever la question de leur rapport aux institutions internationales, qui valorisent les recommandations tout-terrain et les comparaisons internationales entre politiques publiques, mais ont également besoin de relais sur place. Face à l’expansion de la sphère internationale, les organisations missionnaires s’orientent-elles vers le développement de leur expertise de terrain, ou bien se transforment-elles face aux exigences de personnel, de définition des politiques publiques et des critères d’expertise au sein des arènes d’experts ?  Cyrus Schayegh observe à l’Université Américaine de Beyrouth, à l’époque du mandat français, une évolution précoce vers cette deuxième option, avec la constitution de ce qu’il nomme « complexe université-fondation-développement-missionnaire » (Schayegh, 2015). Cette évolution est-elle généralisable, et si oui, avec quelles chronologies ? A ce complexe, il semble pertinent d’ajouter une dimension d’action humanitaire, qui suppose une réactivité fondée non seulement sur des moyens humains et financiers, mais sur une connaissance intime des populations concernées ; toutes choses dont les missionnaires se prévalent. Quelles rôles le traitement internationalisé des grandes crises du Moyen-Orient, à commencer par la fin de la Première Guerre mondiale puis la guerre de 1948, a-t-il joué dans l’évolution du rôle des organisations missionnaires ?

A mesure que se forment des milieux professionnels d’experts nationaux et des viviers d’experts expatriés tout-terrain, quelle pertinence conserve le missionnaire-expert de terrain ? Au-delà du principe général de fonder l’action publique sur des avis informés obtenus auprès de spécialistes, la notion d’expertise recouvre aussi des exigences très variables d’abstraction et de connaissance du contexte, et dans ce tiraillement, l’expert est souvent celui qu’on reconnaît comme tel. Si les missionnaires ont pu être sollicités en raison de leur présence sur place ou de l’écart entre les critères théoriques de recrutement d’experts et les disponibilités de personnel, il paraît tout de même naïf de voir dans le recours aux missionnaires un pis-aller temporaire dans une phase de standardisation des critères de certification et de développement de l’université de masse. Eu égard à la capacité réticulaire des missions et au fait que nombre d’entre elles posent aussi des conditions de qualification et de diplôme au recrutement de leurs agents, le recours aux missionnaires comme experts est aussi pour les organisations missionnaires histoire de se placer et par là, d’exercer une influence politique. A quelles finalités répond ce travail d’orientation de l’action publique après la sécularisation des justifications de celle-ci ? Le travail d’expert en vient-il à occuper une place dans la missiologie ? Au-delà des institutions missionnaires proprement dites, ce travail est-il opéré désormais non plus par des missionnaires eux-mêmes, mais par des milieux fédérés par des affinités missionnaires, et quels sont alors ces milieux ?

Connexions inter-institutionnelles et action publique sécularisée :

Les sollicitations des missionnaires comme experts venant d’institutions au dehors de la mission correspondent cependant à un contexte qu’on peut situer à partir de la mise en place de gouvernements constitutionnels, contexte dans lequel l’action publique, désormais justifiée par l’intérêt général, se sécularise, tout comme l’action caritative. Ces processus se sont répercutés, avec une chronologie à préciser, sur les modes opératoires missionnaires.

Que les missionnaires aient alors été sollicités comme experts est contre-intuitif, eu égard à l’hostilité manifeste des sociétés missionnées à l’égard des missions. Ainsi l’Empire ottoman a parfois eu recours aux services des missionnaires pour suppléer ses services défaillants, mais la correspondance interne des administrations les assimilait généralement à des agents de l’étranger à qui il était impossible de se fier. Les pouvoirs nationalistes au Moyen-Orient ont souvent diabolisé les missionnaires en dénonçant les arrière-pensées prosélytes motivant l’action missionnaire. La fin du XIXe et le début du XXe ont pourtant connu une réorientation des modes d’action des plus importantes organisations missionnaires, vers la valorisation des actions mondaines et de la transmission de valeurs au détriment de l’objectif de conversion. Les missionnaires étaient-ils sollicités en dépit de la défiance persistante à l’égard d’une missiologie ancienne visant à la conversion, ou bien de telles sollicitations reflétaient-elles une prise de conscience des changements de méthode et de finalité de l’action missionnaire parmi les acteurs publics ? En première approche, il semble que la familiarité avec les missionnaires soient un déterminant important, et qu’il faille pour répondre identifier ceux qui sollicitent les missionnaires au sein des institutions et de la société civile, et nous demander s’ils n’étaient pas d’ores et déjà familiers des missionnaires.

Dans le Moyen-Orient contemporain, la sollicitation des missionnaires comme experts est venue d’abord des pouvoirs coloniaux, des organisations internationales et des grandes fondations et de certaines ONG. Les sollicitations de la part des États indépendants sont moins connues, et probablement ont-elles été moins fréquentes. Pour expliquer l’appel fait à l’expertise des missionnaires, invoquer le fait qu’ils se trouvaient sur le terrain est pertinent mais ne suffit pas : ils ne constituaient qu’une catégorie de relais possibles, à côté des fonctionnaires, des militaires, des médecins entre autres. Nous sommes renvoyés à l’existence préalable de liens et au fonctionnement en réseau des organisations missionnaires : est-ce que ce sont alors les liens noués individuellement par les missionnaires qui les qualifiaient comme experts, ou plutôt les interactions entre institutions ? Est-ce que l’importance des institutions éducatives missionnaires dans la formation des classes politiques locales a encouragé la sollicitation des missionnaires après les indépendances, alors que les structures politiques et administratives n’avaient souvent d’Etat que la forme et le nom ?

Pour répondre à ces diverses questions, nous aborderons, entre autres aspects, les carrières d’expert dans les milieux missionnaires, la qualification des personnes concernées, la nature de l’expertise revendiquée par les missionnaires et leurs méthodes d’observation. Il conviendrait également de nous interroger sur les agendas des institutions missionnaires et de leur traduction sous forme d’expertises. L’expertise occupe-t-elle une place notable dans les débats missiologiques, et si oui, dans quelle perspective ? Le travail missionnaire et l’expertise internationalisée ont en commun des problèmes de méthode, de rapport à l’altérité : comment l’altérité et la mise à distance, ou au contraire l’inculturation et l’indigénisation de l’expertise, sont-elles envisagées dans les milieux missionnaires ? Il serait en outre utile de repérer et cartographier les réseaux qui se tissent autour des missionnaires pour la communication de leur expertise. Il faudrait nous interroger sur les réappropriations des approches des missionnaires à l’égard des sociétés missionnées, en particulier de la part des mouvements missionnaires qui émergent à l’intérieur d’autres religions (missions musulmanes, bahaïes, bouddhistes, juives, etc.) : ceux-ci empruntent-ils des savoir-faire aux missions chrétiennes, ou bien construisent-ils autrement un savoir sur les sociétés où ils opèrent, sur la base de relations différentes ?

Les propositions de communication (250-300 mots) sont à renvoyer à missmo@ifporient.org , accompagnés de cinq mots-clés et d’une courte biographie incluant l’affiliation académique.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE :

Carine DUJARDIN & Claude PRUDHOMME, Science & Mission : Missiology revisited / Missiologie revisitée 1850-1940, Louvain, Leuven University Press, 2015.

Sheila JASANOFF, States of Knowledge : The Co-Production of Science and the Social Order, Londres, Routledge, 2004.

Timothy MITCHELL, Rule of Experts : Egypt, Techno-Politics, Modernity, Berkerley, University of California Press, 2002.

Cyrus SCHAYEGH, « The Interwar Germination of Development and Modernization Theory and Practice : Politics, Institution Building, and Knowledge Production between the Rockefeller Foundation and theAmerican University of Beirut », Geschichte und Gesellschaft, 41 (2015), p. 649–684.

Bertrand TAITHE, « Pyrrhic Victories? French Catholic Missionaries, Modern Expertise and Secularizing Technologies », in: Michael Barnett & Janice Gross Stein (éds), Sacred Aid. Faith and humanitarianism, Oxford, 2012, p. 166-182.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *